Sites sur Anet...

Recevoir les éditos
Rss Rss

Recherche

Quand je regarde la crèche....


Noël
 
Quand je regarde la crèche, je peux avoir un regard amusé : oh ! Comme c'est joli ces petits moutons, le petit Jésus sur la paille, comme c'est mignon, avec cet âne et ce bœuf qui, de son haleine, semble lui tenir chaud ! Ce premier regard, tout poétique et nostalgique qu'il soit, peut certes avoir une valeur d'admiration et d'étonnement, mais il reste cependant enfantin et bien en-deçà du mystère.

Je peux aussi avoir un élan plus cordial et ému et alors, quand je regarde la crèche, je vois une famille toute simple ici rassemblée autour d'un enfant. Avec une certaine profondeur, les papas et mamans pensent à leur propre famille, à leur premier enfant, et ils se disent : oui, il faut célébrer l'entente, la beauté de la vie ; dans ce bas monde, finalement, c'est ce qui devrait rester de solide et de vrai !

Mais quand je regarde la crèche, si je suis chrétien, sans négliger les valeurs humaines ainsi signalées, je vois plus loin, mon regard perçoit un profond mystère. Je m'émerveille dans la Foi sur ce fait qu'un Dieu enfant s'est manifesté sur notre terre, il y a plus de deux mille ans, une nuit à Bethléem ; les Écritures, le témoignage de l'Église et cette lumière intérieure de la Foi reçue au Baptême me donnent cette certitude : Dieu  a tant aimé le monde qu'il est venu parmi nous, pour sanctifier tous les pas de l'homme. Il est descendu. Il a habité parmi nous. Pour nous remonter vers son Père, Jésus, fils de Dieu, va emprunter les chemins de notre cœur. Marie, Mère de Dieu, Joseph, son époux furent bien réellement à Bethléem les premiers voyants de l'Amour fait Homme.

Quand je regarde la crèche, j'ai alors une prière : Merci, Seigneur, d'être si proche, dans la crèche plus ou moins propre de mon âme... Seigneur, daigne mettre en mon cœur, en ma famille, ta lumière, ton pardon, ton Amour.

Quand nous regarderons nos crèches avec nos enfants, nous remercierons Dieu notre Père pour le magnifique cadeau de sa présence, continuée en chacune de nos messes.


Père Jacques
Curé d'Anet


Archives