Sites sur Anet...

Recevoir les éditos
Rss Rss

Recherche

... ce que vivent les roses". Par cette phrase de notre titre, le poète de Malherbe manifestait d'une façon nostalgique que tout passe, y compris la beauté de la bien-aimée ! Tout cela faisait partie des classiques à apprendre, mais c'est aussi une leçon de choses à  intérêt philosophique !

Et Rose elle a vécu...
La rose, symbole de l'Amour, a représenté la Vierge Marie dont le parfum exhale la présence de Jésus. "Marie tu es pleine de grâce et de beauté, et Jésus ton enfant est béni"...On peut dire ainsi que chaque "je vous salue Marie " est comme une rose dont Jésus est le parfum.
 
Le Rosaire égrené spécialement au mois d'octobre serait-il dépassé, comme fané avec le temps ? Notre paroisse Jean-Paul II ne peut passer sous silence que notre Pape défunt aimait à dire que le Rosaire était sa prière préférée. On peut deviner pourquoi. Tout simplement parce que le chapelet médité nous fait entrer dans les mystères du Christ. Et Marie comme un moule divin qui a formé le Christ, continue de former, par sa maternité divine et l'Esprit-Saint, l'enfant de Dieu en nous. Les joies et les souffrances glorieuses du Christ passeront peu à peu en nous comme par une merveilleuse transfusion de vie spirituelle.
 
Prenons deux citations de la Lettre apostolique sur le Rosaire du 16 octobre 2002 qui nous confortent dans cette orientation (cf  n° 15 et 13).
 
"Mystiquement, le Rosaire nous transporte auprès de Marie, dans la maison de Nazareth, où elle est occupée à accompagner la croissance humaine du Christ. Par ce biais, elle peut nous éduquer et nous modeler avec la même sollicitude, jusqu'à ce que le Christ soit "formé" pleinement en nous (cf. Ga 4, 19). Cette action de Marie, totalement enracinée dans celle du Christ et dans une radicale subordination à elle, "n'empêche en aucune manière l'union immédiate des croyants avec le Christ, au contraire elle la favorise". Tel est le lumineux principe exprimé par le Concile Vatican II (LG n°60)."
 
Et encore  : "Si la liturgie, action du Christ et de l'Eglise, est l'action salvifique par excellence, le Rosaire, en tant que méditation sur le Christ avec Marie, est une contemplation salutaire.." En entrant dans la contemplation des mystères du Rosaire, en disant notre chapelet, n'est-ce pas une bonne manière de nous introduire à l'Année de la Foi? Cette Année ouverte par le Pape Benoît XVI commence ce 11 octobre2012 jusqu'au 24 novembre 2013. Et déjà ce dimanche 7 octobre , à Notre-Dame de Bonne Nouvelle, la messe à 15h30 signifie notre désir de vivre cette Année de la Foi avec Notre-Dame.
 
Approchons-nous de la Rose mystique, Rosa mystica chantée dans les litanies, la Vierge Marie dont la beauté ne passera pas.
 
Père Jacques