Sites sur Anet...

Recevoir les éditos
Rss Rss

Recherche


Les éditos du Père Jacques


Dimanches de Pâques


Deuxième dimanche de Pâques ou Dimanche de la Miséricorde


« Heureux ceux qui croient sans avoir vu »
 
Thomas a vu les plaies du Christ : "Mets ton doigt ici, vois mes mains". Certains trouveront étonnant que Jésus ressuscité garde ses plaies, cicatrices de la Croix, comme pour nous dire que l'Amour Miséricordieux manifesté à la Croix n'a pas disparu... il est toujours actuel. Amour miséricordieux qui passe maintenant par son Église.

N'est-ce pas ce que Jésus déclare juste avant cette apparition à Thomas, devant les Onze apôtres au Cénacle : « Recevez l'Esprit-Saint... Remettez les péchés ». Ce qui signifie : « Ce que j'ai acquis de salut, de réparation, de Miséricorde pour vous, diffusez-le... Remettez les péchés, comme Moi je les ai portés au Père et j'ai reçu de Lui la grande absolution pour le monde. »

Oui, Jésus ressuscité  montre en Lui que le Pardon du Père est bien donné, et ensuite diffusé par les apôtres et les prêtres aujourd'hui. Heureux ceux qui expérimentent l'absolution miséricordieuse donnée dans le sacrement du pardon, ils voient déjà quelque chose de Dieu, de sa bonté, de sa puissance d'Amour.
  
« Heureux ceux qui, sans avoir vu du temps du Christ, croient maintenant, d'une autre façon ils voient déjà ».

Comment ne pas penser en ce jour de la Béatification de Jean-Paul II, justement à celui qui voit maintenant la splendeur divine. Grand apôtre de la Miséricorde divine sur toutes les routes du monde, il a permis l'écroulement de la citadelle communiste, ouvert un dialogue fécond avec les jeunes, les différentes confessions chrétiennes et les autres religions. Il regardait l'homme, défendant la vie du début à la fin naturelle, Jean-Paul II le Grand ! Grand apôtre, grand priant, grand malade, grand saint, et en même temps l'humble devant Dieu, si proche des petits.

 
Pour poursuivre votre réflexion voir 
l'article

_________________________________

Dimanches de Pâques

Troisième Dimanche de Pâques, le 8 mai


« C'est le mois de Marie, c'est le mois le plus beau...

Jadis ce chant était fredonné par les chrétiens. Certes souvent la nature ratifie pleinement ce chant... Car le gazouillis des oiseaux, l'efflorescence des végétations, les couleurs chatoyantes des fleurs nous invitent à nous réjouir des beautés de la nature. Celle-ci est généreuse et n'est pas ingrate...

La Vierge tire son nom des plus belles fleurs : la Rose Mystique, le Lys de la vallée, ou d'autres expressions comme le jardin bien clos, la fontaine d'eau vive, autant d'appellations qui rappellent le parfum des vertus de Marie : amour, pureté, humilité... Parcourons ce parterre, qui de par-terre nous en-ciel... Les mots sont pauvres et doivent être inventés pour décrire la beauté de l'âme de Marie.

En ce mois, égrenons notre Rosaire. Ne pensons pas prendre un autre chemin pour trouver Dieu, que celui que Dieu lui-même a trouvé pour venir jusqu'à nous. Ce chemin est tout parfumé : c'est Notre-Dame des grâces...

Ce mois de Marie se termine au 31 par la fête de la Visitation. Une fête joyeuse qui célèbre la Vie. Deux mères se saluent : Marie et Elisabeth, elles portent en leur sein l'une Jésus, l'autre Jean-Baptiste. La beauté spirituelle de la Vierge est chantée par Elisabeth : Tu es bénie entre toutes les femmes. De ce compliment nul repli sur elle ; tout de suite après Marie chante au contraire, l'âme dépliée : Magnificat, mon âme exalte le Seigneur.

Vivons ce mois à l'unisson de la beauté de l'âme de Notre-Dame et de celle de la nature.


Pour aller plus loin, voir le Catéchisme de l'Eglise Catholique, article 2617 ss , ou encore 2673 ss  


_________________________________
 

Dimanches de Pâques

Bon Pasteur : quatrième Dimanche de Pâques ou Dimanche des vocations

Elles connaissent sa voix (St Jean ch.10)

La voix du Bon Pasteur, c'est l'Esprit Saint qui porte la parole. En effet une parole sans le souffle, sans le sens qui l'anime risque d'être comme un bruit, un son qui ne porte pas une finalité. La Parole qui conduit à un but, qui crée un lien est portée par une voix qui a sa tonalité propre, révèle la dimension profonde et affective de la relation.

La vibration de cette voix, avec son relief particulier et ses nuances touche plus parfois que ce qui est dit. Aussi la mère envers son tout-petit peut prendre un langage que lui seul comprend, car cette parole porte l'amour, elle délivre comme un secret qui ouvre le cœur.

Ainsi le Christ avec sa parole, sa doctrine est reconnu à sa voix: St Jean le note dans l'Évangile dit « du Bon Pasteur » : « mes brebis écoutent ma voix, elles ne suivent pas celle d'un étranger ». L'Église se fera l'écho de la voix du Bon Pasteur.

En ce 4è dimanche de Pâques nous prions pour que des hommes puissent modeler leur vie sur celle du Bon Pasteur, pour que nous ayons des prêtres qui enseignent, conduisent les brebis vers les vraies nourritures. Que celles-ci aient la joie de suivre l'unique Bon Pasteur, à travers eux, à travers la parole et la voix de tous les pasteurs de l'Église.


Pour aller plus loin, voir le Catéchisme de l'Eglise Catholique, article 1120 et article 1122


_________________________________

 

Dimanches de Pâques

Cinquième Dimanche de Pâques

Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie

Peut-être y a-t-il une progression dans ces trois assertions, car il faut d'abord trouver la voie, le modèle en Jésus comme exposé dans ses vertus, ses qualités à imiter. Il nous attire alors hors de nous-mêmes, pour le regarder comme l'exemple idéal, un chemin à suivre. C'est bien en premier lieu ce chemin humble de son humanité, qui doit nous entraîner, et tout l'aspect concret de son existence nous est marqué dans l'Évangile.

Mais, finalement nous pénétrerons plus profondément dans le mystère du Christ lorsque nous découvrirons la vérité lumineuse d'un être ne faisant qu'un avec son Père. Le nom dit « Je suis la Vérité ». Cette vérité là de la plénitude de la Divinité qui l'habite, tout le monde n'y adhère pas. C'est pourtant ce mystère étonnant qu'il nous faut contempler, ce mélange de l'humain et du divin en son âme et en son corps : le Verbe s'est fait chair. Vérité de l'Amour de Dieu à travers un cœur d'homme qui se donne jusqu'à se faire Pain de Vie.

Vérité salvifique donc proche de nous qui se fait partage au point de dire « Je suis la Vie ». Ce troisième terme de Vie doit nous toucher profondément, vie surnaturelle, vie éternelle, octroyée ici et maintenant dans notre vie de baptisé animée par la Foi.

Le « Je suis » qui sous-tend ces trois paroles sources, se donne à travers elles. Nous avons à les méditer dans toutes leurs harmoniques, elles nous portent au cœur de l'Amour du Père : « Je suis le chemin, la vérité et la Vie, nul ne va vers le Père sans passer par Moi », et nul ne pourra aller vers ses frères sans passer par Lui...
 

Pour aller plus loin, voir le Catéchisme de l'Eglise Catholique, article 2466 et article 2609


_________________________________

 

Dimanches de Pâques
Sixième Dimanche de Pâques

« Je prierai le Père et Il vous donnera un autre Paraclet » (Jn 14, 15-21)

Le Paraclet ou le Défenseur, est un terme propre à saint Jean, qui signifie que face au mal, si nous sommes unis à Jésus, notre conscience sera éclairée et quelle que soit la lucidité sur notre péché, Quelqu'un rappellera aussi en nous, la puissance de la Rédemption opérée par le Sauveur. Alors nous serons consolés intérieurement, c'est-à-dire que nous ne seront pas désolés au point de perdre l'espérance. L’Esprit nous montrera sans cesse que la Résurrection et l'Amour du Christ ont été vainqueurs.

Jésus a prié le Père pour qu'à la Pentecôte, une vie plus intérieure, celle de l'Amour nous rejoigne. Insistons sur ce point de « vie intérieure », car nous risquons toujours de considérer Jésus comme un modèle, exemple moral devant nous, attirant certes, mais finalement extérieur à nous sans incidence en notre vie.

Jésus veut aller plus loin. Il souhaite et demande pour nous un principe intérieur, au profond de notre âme, qui nous dirige par sa force et sa lumière. « O Saint Esprit, donnez-nous vos lumières, venez en nous »...chantons-nous dans les hymnes toujours actuels, « fortifiez-nous contre les puissances adverses qui nous détournent de la confiance en l'Amour du Père », « viens en nous Père des Pauvres, viens Hôte très doux de nos âmes... »

Le temps de la Pentecôte arrive. N’oublions pas la grande neuvaine du Cénacle. Avec la Vierge Marie, les apôtres, unis de cœur et d'âme, ont prié le Père, pour avoir la lumière et la force d'annoncer le salut, l'Amour du Christ ressuscité, Amour plus fort que le péché et la mort. Unissons-nous à la prière de toute l’Église pour demander une nouvelle Pentecôte en nos vies, une reviviscence de notre Confirmation.


Pour aller plus loin, voir le Catéchisme de l'Eglise Catholique, article 687
 

[Archives]url:../../../Archives_a35.html