Sites sur Anet...

Recevoir les éditos
Rss Rss

Recherche

Prions pour nos  défunts ! <br>Le temps passe, mais le souvenir reste.
Nous avons adopté les horaires d’hiver : le soleil se fait plus timide, les jours raccourcissent, le froid prend tout doucement ses quartiers, les arbres aux couleurs automnales commencent à perdre leurs feuilles…

Changement de temps, changement de saison ! Paradoxalement, alors que l’automne annonce l’hiver et une certaine mort de la nature, la liturgie débute le mois des défunts par une note pleine d’espérance : la Fête de Toussaint. A travers cette solennité, l’Eglise nous rappelle que tous les hommes sont appelés à vivre et se réjouir éternellement auprès de Dieu.

Avez-vous remarqué que dans la liturgie catholique, nous n’employons pas le mot « mort », mais « défunt ». Pour nous, les défunts ne sont pas morts, car comme le dit si bien la 1ère préface de la messe des défunts : « Pour tous ceux qui croient en toi, Seigneur, la vie n'est pas détruite, elle est transformée ; et lorsque prend fin leur séjour sur la terre, ils ont déjà une demeure éternelle dans les cieux. » Tous ceux que nous aimons et qui nous ont quittés vont se retrouver dans la félicité de Dieu. Mais pour cela, il faut qu’ils passent par le Christ qui est Chemin, Vérité et Vie : « Personne ne va vers le Père, dit Jésus, sans passer par moi ». C’est la raison pour laquelle l’Eglise clôture l’année liturgique fin novembre par la fête du Christ-Roi pour nous rappeler qu’Il est l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin de toutes choses. Oui, Jésus-Christ est l’unique médiateur, le trait d’union entre le ciel et la terre ; il est la Porte qui nous mène vers le Père.

Alors, lorsque nous allons fleurir nos tombes, gardons au cœur cette espérance : Christ est vainqueur de la mort. Que ces fleurs déposées en signe d’affection pour nos défunts fassent de nos cimetières non pas un lieu de mort, mais un coin de paradis à l’image du jardin d’Eden. 

Restons en communion de prière pour nos défunts.

Père OMVA EDOU