Sites sur Anet...

Recevoir les éditos
Rss Rss

Recherche

Un synode sur la famille s’ouvrira à Rome du 5 au 19 octobre.
Le synode est une rencontre des représentants des évêques de chaque pays, de chaque conférence épiscopale. Tous se réunissent autour du Saint Père pour un échange et donner des orientations souvent d’ordre pastoral.

La famille en synode...
Pour cette grande réflexion sur la famille, le peuple de Dieu a été consulté par la voie des diocèses ; des théologiens et des couples seront présents au débat.
 
L’Eglise nous demande de prier sur cette réalité qu’est la famille, fondamentale pour la construction de la société et le bien de l’Eglise. Celle-ci a été ébranlée dans ses fondements anthropologiques. Une question a surgi : le lien matrimonial d’un homme et d’une femme est-il bien le fruit de la nature ou bien de la culture ? Certains en ont douté...
 
Toute idéologie, celle-ci comme toutes les autres dans l’histoire, draine sur son passage un flot de contresens, en faisant beaucoup de dégâts. L'aspect massif de cette idéologie a été diffusé jusqu'à l'école, mais elle a été heureusement contrecarrée par un réveil aussi massif de bon sens.
 
Les notions de tolérance si nécessaire en toutes choses ont été exploitées au détriment de la vérité morale, d'une conception de l'homme saine et naturelle.
 
On a beau dire que le matériel mène le monde, la pensée, les idées et les théories conduisent des pseudos élites à inoculer des contre vérités qui bousculent le bon sens, contribuent à répandre une "culture de la mort", dans la vie des couples et à l'aube des vies naissantes.
 
La sérénité de l'Eglise ne peut en rien  être ébranlée quant à son éthique familiale. Certes, en ce synode, il y aura des orientations pastorales réaffirmées dans un langage adapté et avec beaucoup de miséricorde. Il sera mis en relief qu'il faut tenir compte des difficultés d'aujourd'hui; avec une attention spéciale surtout pour le problème crucial des divorcés-remariés. Comme toujours, compréhension, compassion pour les cas particuliers seront laissés au jugement des pasteurs. Mais comme l'a bien dit le cardinal Gerard Müller, préfet pour la doctrine de la Foi, la loi évangélique de l'indissolubilité du sacrement de mariage, ne sera pas changée.
 
Pour le problème de la régulation des naissances, il en a été de même : après moult débats et commissions d'expert, Paul VI, béatifié  prochainement, a su trancher dans la magnifique encyclique  de "Humanae vitae". La voix de l'Esprit Saint avait finalement dominé.
 
La barque de la sainte Eglise n'est ni une monarchie, gouvernée seule par le pape, pas plus une démocratie poussée au gré des majorités successives. 
 
Prions pour le Synode, ayons confiance; la famille chrétienne  gardera ses titres de noblesse, celles que lui confère la grâce de Dieu.
 
Que Notre Dame du Rosaire, célébrée spécialement le mois d'octobre, accompagne notre prière personnelle et si possible ....en famille !
 
Père Jacques