Sites sur Anet...

Recevoir les éditos
Rss Rss

Recherche

​L'immolation
Le 26 juillet, le Père Jacques Hamel est immolé très violemment au pied de l'autel après avoir célébré le saint sacrifice. La réprobation, l'indignation universelle nous invite à la question cruciale : Que devons-nous faire ? D'où quelques réflexions personnelles que je vous partage :

    1. Nous devons prier, appeler l'Esprit-Saint pour éclairer les consciences sur la notion du bien et du mal, pour que les instincts des criminels soient refoulés et empêchés de passer à l'acte, pour que nous soyons artisans de Paix.

    2. Nous devons avoir cette conviction qu'une véritable religion doit s'unir à tous les hommes de bonne volonté pour éduquer au respect de l'autre et promouvoir les valeurs d'humanité...

    3. Mais nous devons aussi faire la vérité sur l'Islam. Les responsables religieux en premier. Une autocritique est nécessaire de leur part. L'Islam doit reconnaître son principe d'hégémonie étatique dans ses racines, reconnaître que des sourates portent en germe des incitations à la violence. Nous invitons à lire dans ce sens pour la première fois une proposition solennelle des responsables musulmans pour une relecture critique du Coran.

    4. Nous devons supprimer les mosquées salafistes, celles qui engendrent des "guerriers contre les croisés". L'Islam a certes des religieux modérés, des priants, des hommes de paix, mais ceux-ci doivent crier haut et fort contre des pays entiers qui sont soumis à une idéologie conquérante et violente. La vérité vous rendra libres, réaffirma Jean-Paul II. Seule une vérité sur la réalité de l'Islam produira quelques fruits de paix et de non violence.

    5. Nous devons reconnaître qu'une culture de mort engendre des êtres qui tuent :
        a) Là où on tue la famille en soutenant et légalisant le divorce, en dénaturant la relation si belle et naturelle de l'homme et de la femme, on favorise l'éclosion d'êtres déséquilibrés...
        b) Là où on tue la vie, en soutenant la banalisation de l'avortement, on favorise l'éclosion d'êtres déséquilibrés qui ont perdu le sens du respect de la vie.
        c) Là où on tue l'éducation dans les écoles, où ne sont plus transmises les valeurs morales et religieuses, on favorise l'éclosion d'êtres déséquilibrés...

La nature a horreur du vide ; dans certaines zones de notre occident, le nihilisme engendre le goût de la destruction... et tout cela favorise l'éclosion d'êtres déséquilibrés.

Certes le travail de reconstruction d'une civilisation de l'Amour est possible, il est heureusement déjà réalisé en certains oasis de grâces dans notre société.  

Il le sera surtout : par la famille chrétienne, l'école chrétienne, la paroisse "chrétienne". En respectant les convictions de chacun, continuons à œuvrer pour engendrer des êtres debout, équilibrés, heureux de vivre.


Père Jacques

Tous les éditos