Sites sur Anet...

Recevoir les éditos
Rss Rss

Recherche

semaine du 28 novembre au 5 décembre

Nous voici dans le temps de l’AVENT qui ouvre la nouvelle année liturgique B, et qui nous prépare à la célébration de la Nativité du Seigneur. Je me permets de proposer à votre méditation ces deux phrases du premier paragraphe de la constitution conciliaire « Gaudium et Spes » et deux phrases du huitième paragraphe de l’encyclique du Pape François « Tratelli tuti »:

- « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur coeur. La communauté des chrétiens se reconnaît donc réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire ».
- « Je forme le voeu qu’en cette époque que nous traversons, en reconnaissant la dignité de chaque personne humaine, nous puissions tous ensemble faire renaître un désir universel d’humanité. Tous ensemble : […] Rêvons en tant qu’une seule et même humanité, comme des voyageurs partageant la même chair humaine, comme des enfants de cette même terre qui nous abrite tous, chacun avec la richesse de sa foi ou de ses convictions, chacun avec sa propre voix, tous frères ».

En cette période de crise sanitaire, économique et sociale, ces quatre phrases peuvent aider au réveil des consciences endormies dans les dérives ou par la peur, appeler tout le monde et chacun à un regain spirituel et au changement des coeurs, comme des moeurs. Pour ce faire, il est important que dans notre monde se fasse entendre l’invitation de l’AVENT: la découverte d’une grande aspiration des hommes, des femmes et des peuples à la naissance du Seigneur.
Nos civilisations atteignent-elles un tel degré d'humanité irréductible qu’elles se refusent à écouter une telle invitation ? Parallèlement à tout ce qui se réalise de beau, de vrai, de propre, de louable dans notre monde, il se produit des choses monstrueuses et des agissements inhumains.
La conversion des coeurs n'est pas révolue, elle nous concerne tous, qui que nous soyons, quoi que nous représentions.

Ensemble, entrons dans la prière, ouvrons nos yeux et nos coeurs, osons la fraternité, soyons solidaires, tenons-nous prêts pour nous préparer à l'AVENemenT de l’Homme-Dieu dans nos vies comme au sein de nos sociétés.!
Bonne année liturgique B et fructueux Avent à tous et à chacun ! « N’aie pas peur maintenant, car je suis avec toi. Ne lance pas ces regards inquiets, car ton Dieu, c’est moi. Je viens te rendre courage, j’arrive à ton secours et je te protège, ma main droite tient sa promesse ». (Esaïe 41.10)

Fraternellement vôtre,
Père Pierre Marie Belledent