Sites sur Anet...

Recherche
feuille paroissiale du 15 au 23 juin
le Synode et la paroisse   
- denier du culte formulaire  ou en ligne
actualités en photos

Après le Temps pascal, nous voici revenus au Temps dit « ordinaire », appelé également temps de l’Église. C’est un temps liturgique représentant une fraction de l’année liturgique. Il s’agit de la période obtenue en retranchant les temps forts que sont l’Avent et le temps de Noël d’une part, le Carême et le temps de Pâques d’autre part.

Vivre et habiter pleinement <br/>le Temps ordinaire
Le temps ordinaire est donc celui pendant lequel les chrétiens sont invités à célébrer non plus telle ou telle dimension du mystère du Christ, mais au contraire la plénitude de ce mystère. Autrement dit, chaque dimanche, devenu « ordinaire », se présente en fait comme un condensé de la vie même du Christ ; vie sur laquelle tout chrétien doit calquer la sienne pour grandir et s’épanouir et faire ainsi grandir l’Église ! Ce temps est celui de la croissance ; croissance de la vie de chaque chrétien, croissance de l’Église. C’est pour cette raison que le vert en est la couleur liturgique.

Pourtant ce temps voit de nombreux chrétiens délaisser la pratique dominicale, estimant avoir fait l’essentiel en ne pratiquant qu’aux grandes fêtes ! Ce comportement s’apparente à celui de beaucoup de nos contemporains qui n’ont le sentiment d’exister qu’en vivant des événements extraordinaires.

Ne peut-on y voir l’influence néfaste de notre société où il faut « faire le buzz » si l’on veut exister ?

Mais peut-on être chrétien sans « faire mémoire », chaque dimanche, de ce qui est au coeur de notre foi, à savoir ce lien existentiel qui nous unit au Christ mort et ressuscité et qui doit constituer l’ordinaire de nos vies ?

Au regard de l’histoire, nous pouvons nous interroger sur le lien entre le christianisme et la mémoire.

Un chrétien sans mémoire peut-il être « un vrai chrétien » ? Ne court-il pas le risque d’être une femme ou un homme prisonnier du moment ?

Les chrétiens ne doivent pas être des « prisonniers du moment ». Un chrétien doit construire, jour après jour, une véritable histoire avec le Christ ! Car il n’y a pas de croissance de la vie chrétienne ou de la vie de l’Église sans histoire ! Il n’y a pas de croissance sans mémoire ! Il nous faut donc habiter le Temps ordinaire, en le vivant pleinement.
 
Père Jean-Pierre OMVA EDOU