Sites sur Anet...

Recevoir les éditos
Rss Rss

Recherche

Les saints patrons des églises du groupement paroissial :
   • Saint Aignan : Gilles, Goussainville
   • Saint Blaise: Havelu, La Chaussée-d'Ivry
   • Sainte Croix: Champagne
   • Saint Cyr et Sainte Julitte : Anet
   • Saint Latuin: Anet  
   • Saint Lubin:Saint-Lubin-de-la-Haye
   • Saint Martin: Boncourt, Rouvres
   • Sainte Madeleine: Marchezais
   • Saint Nicolas: Sorel-Moussel, Le Mesnil-Simon
   • Saint Ouen: Saint-Ouen-Marchefroy
   • Saint Pierre : Abondant, Oulins, Guainville, Saussay, Serville
   • Saint Roch: chapelle de Sorel-Moussel
   • Saint Rémi: Berchères-sur-Vesgres
   • Saint Sulpice: Saint-Lubin-de-la-Haye

église d'Anet (aquarelle de Pierre Bazinet)
église d'Anet (aquarelle de Pierre Bazinet)
______________________________________________

Eglise d'Anet

L'église d'Anet a pour patronage principal :
- Saint Cyr et Sainte Julitte
- Saint Latuin

L'église d'Anet, initialement placée sous la protection de Saint Cyr et Sainte Julitte, prit au cours des âges Saint Latuin (Saint Lain) comme second patron, notamment à partir du 16è siècle et pendant le 17è siècle, lorsque Françoise de Lorraine fit exécuter le grand reliquaire doré dans lequel il y a de notables reliques de Saint Latuin. Ce reliquaire se trouve dans le chœur près du maître-autel.

Notons que le retable du maître-autel fut également exécuté à la demande de Françoise de Lorraine au 17è siècle.

On se reportera aux Bulletins des Amis d'Anet notamment de avril 1934 et juin 1950, ainsi qu'à l'étude présentée par M Pierre Bazinet (auteur de l'aquarelle à droite) pour une documentation plus complète.
 


Saint Cyr et Sainte Julitte (+305)

Sous Dioclétien, en Asie Mineure, Julitte après avoir abandonné tous ses biens se retire, à Séleucie puis à Tarse, en emmenant avec elle deux servantes et son fils Cyr, âgé seulement de trois ans.
Le gouverneur Alexandre applique l'édit de l'empereur ordonnant de persécuter les chrétiens qui refusent de vénérer les idoles. Julitte est arrêtée avec son enfant dans les bras. Conduite devant le tribunal, elle déclare courageusement qu'elle est chrétienne.
Cyr, arraché de ses bras, crie lui aussi "je suis chrétien" ce qui provoque la colère de l'officier qui tue l'enfant en le jetant par terre. Julitte tressaille de joie en s'écriant "Je vous rends grâce Seigneur, de ce que vous avez voulu que mon fils reçût avant moi la couronne immortelle.
Sous la torture, Julitte ne se renie pas: "Je ne sacrifie pas aux démons et je n'adore que Jésus-Christ". Elle est alors décapitée; son corps et celui de Cyr sont jetés hors de la ville.
Saint Amatre, évêque d'Auxerre, mort en 418, rapporte les reliques de Saint Cyr et de Sainte Julitte et c'est Saint Jérôme de Nevers (+ 815) qui répandit leur culte dans toute la France.

retour liste
 

Reliquaire de Saint-Latuin
Reliquaire de Saint-Latuin
Saint Latuin

Saint Latuin (ou Saint Lain), fut, au 4è siècle, le premier évêque de Sées, un des plus anciens diocèses de l'ouest de la France.
Natif de Grande-Bretagne, il évangélisa cette région. L'église de Sées, l'honorant comme son premier apôtre, lui dédia une chapelle dans sa cathédrale.
L'épiscopat de Saint Latuin correspond à une période troublée. Il semble qu'il ait vécu en ermite, les persécuteurs et envahisseurs l'obligeant à se retirer dans une forêt à quelques lieues de Sées dans un endroit nommé Cléray. C'est là qu'il mourut. Le sanctuaire de Cléray fut un lieu de pèlerinage très vénéré ; l'église s'assortit d'une fontaine, la Fontaine Saint Latuin, dont l'eau avait la réputation de guérir les maladies de la peau.  
Au 9è siècle, pour soustraire le corps de Saint Latuin aux Normands, les habitants de Sées le transportèrent à Anet: de nombreuses reliques de saints étaient ainsi sauvées en quittant leur lieu d'origine.
La fête de la translation des reliques de Saint Latuin est traditionnellement célébrée à Anet le 31 août ou à une date rapprochée.

retour liste
 

Saint Aignan
Saint Aignan
____________________________________________

Saint Aignan :
église de Gilles et de Goussainville

On sait peu de choses de cet évêque d’Orléans. Les quelques récits de sa vie le font naître vers l’an 388 à Vienne, dans le Dauphiné. C'est en effet un évêque septuagénaire qui se retrouve seul pour prendre la défense de la ville d’Orléans lorsqu’elle est menacée par les Huns au Vème siècle.
L’influence de l’évêque est grande auprès de la population orléanaise, qu’il exhorte à la prière lorsque se profile la menace d’Attila et de ses troupes au printemps 451.
Aignan serait parti pour Arles afin d’obtenir de l’aide des légions romaines ; il aurait demandé au patrice romain Aetius d’arriver au secours de la ville avant le 14 juin, puis fort de la promesse d’Aetius, il s’en serait retourné à Orléans.
Le 14 juin 451, conformément à la prophétie d’Aignan, la ville est envahie par les Huns qui rassemblent les habitants et leurs richesses pour se partager le butin. L’évêque serait alors apparu en songe à un officier d’Aetius, dont l’armée était enfin proche d’Orléans. A la vue des légions romaines, Attila se replie et la ville est libérée. Aignan meurt peu de temps après, le 17 novembre 453.
Sa confiance en Dieu et le courage dont il a fait preuve lui vaudront d’être choisi comme protecteur de la ville et du diocèse d'Orléans. Depuis ses reliques sont conservées dans l’église Saint-Aignan de cette ville et particulièrement vénérées lors des fêtes de Saint-Aignan, le 17 novembre de chaque année.

retour liste
 

Saint Blaise
Saint Blaise
_______________________________________

Saint Blaise * : églises de Havelu et de La Chaussée-d'ivry

Médecin, il est nommé évêque en Arménie, puis il se retire dans une caverne où, tout en gérant son diocèse, il guérit les hommes ainsi que les animaux, qui viennent nombreux le consulter.
Le gouverneur de Cappadoce le découvre un jour ainsi. Il est emmené et jeté en prison. Il n'en continue pas moins ses guérisons, à travers les barreaux de sa cellule. En particulier, il retire de la gorge d'un enfant une arête de poisson qui menaçait de l'étouffer.
Un autre jour, il fait rendre à une vieille femme la seule richesse qu'elle possédait: un porc. On tente en vain de le noyer dans un étang. Il est alors torturé avec des peignes de fer puis décapité, au début du IVè siècle.
On l'invoque contre les maux de gorge, les maladies des enfants et contre les tempêtes.
Patron des cardeurs et des porchers.

retour liste

Les saints patrons de la paroisse
_______________________________________________
Sainte Croix : église de Champagne

La tradition attribue à l’Impératrice Hélène, mère de Constantin, l’honneur d’avoir fait rechercher, et d’avoir retrouvé la Croix du St Sauveur. On la découvrit à l’endroit même du calvaire.
Plus tard, HÉRACLIUS vainquit les Perses, leur reprît la Croix qu’ils avaient ravie, et la rapporta solennellement à Jérusalem le 3 mai 628.
C’est cette date qui a été choisie pour la fête de l’invention (ou recouvrement) de la Sainte Croix.

retour liste

Saint Lubin
Saint Lubin
_______________________________________

Saint Lubin : église de Saint-Lubin-de-la-Haye

Fils de paysans, il nait près de Poitiers à la fin du Ve siècle.
Il entra à l'abbaye Saint-Martin de Ligugé dont il devint le cellerier. Après huit années de vie monastique, il partit vers la région de Lyon où il resta cinq ans.
Pendant son séjour à l'abbaye de l'île Barbe, les fils de Clovis envahirent les lieux, le torturèrent et le laissèrent pour mort. Il se rétablit, et quitta le Lyonnais pour revenir vers saint Avit, et devenir cellerier de sa communauté. Il passa ensuite cinq ans dans la forêt de Montmirail entre Perche et Maine.
L'évêque de Chartres, Euthère, connaissait la réputation de sainteté de Lubin; Il le fit venir, l'ordonna diacre, et l'établit abbé du monastère de Brou.
En 544 l'évêque de Chartres mourut. Lubin, contre sa volonté, fut élu à sa place, avec le consentement du roi Childebert Ier. Ce fut un évêque attentif, bienveillant et charitable.
Il mourut le 14 mars 557 et fut inhumé dans l'église Saint-Martin du Val, près de Chartres.
En plus d'avoir éteint un incendie dans Paris d'un seul signe de croix, il accomplit de nombreux miracles, rendant la santé à un hydropique, à un aveugle, à plusieurs personnes malades mentalement, à un vieux prêtre.. tous ces miracles étant consignés dans le Bréviaire de Chartres.

retour liste
 

Les saints patrons de la paroisse
_________________________________________

Sainte Madeleine : église de Marchezais

Sainte Madeleine est Marie de Magdala, dont Jésus avait chassé sept démons. Depuis, elle le suivait partout où il allait, faisant partie de ce groupe de femmes qui servaient le Maître et les apôtres. Lors du crucifiement, elle se tient à distance, mais, après la descente de croix, elle suit Joseph d’Arimathie, remarque ce qui se passe et reviendra, avec une autre Marie, au matin de Pâques pour les rites de sépulture. C’est elle qui, la première, recevra la révélation du Christ ressuscité quand le jardinier se fait reconnaître. "Rabbouni, Maître" c’est son acte de foi. Le culte de Marie Madeleine connut un grand développement en France à la Sainte Baume, dans le sud de la France, et surtout à Vézelay.

retour liste

Saint Martin
Saint Martin
_______________________________________

Saint Martin *
: églises de Boncourt, Rouvres Notre-Dame, chapelle de Bonne-Nouvelle de Guainville, Saint-Roch de Sorel-Moussel

Il naît en Pannonie (l'actuelle Hongrie).
Militaire romain, il doit sa très grande popularité à la tradition: en garnison en Gaule, au cour de l'hiver 337, il donne la moitié de son manteau à un pauvre grelottant de froid.
Le Christ lui-même lui serait apparu portant le vêtement donné.
Il se convertit et démissionne de l'armée.
Auprès d'Hilaire, évêque de Poitiers, il est un évangélisateur de la Gaule. Il fonde de nombreux monastères dont l'influence se fait sentir dans toute la société (plus de 500 communes et 3600 églises portent son nom, en France !).
Il meurt en 397 et il est le premier chrétien canonisé sans avoir connu le martyre.

retour liste

Saint Nicolas
Saint Nicolas
_________________________________________

Saint Nicolas * : églises de Sorel-Moussel et Le Mesnil-Simon

Né en 270, en Asie mineure, Nicolas fut évêque de Myre. Il fut emprisonné sous l'empereur romain Dioclétien.
Il participa au concile de Nicée (325) contre l'arianisme.
Il est mort en 345, ses reliques furent transportées à Bari (Italie).
L'extraordinaire popularité de ce saint est, en fait, due à la légende. Elle raconte que saint Nicolas a ressuscité trois enfants assassinés par un aubergiste et mis au saloir.
Il évita également la prostitution à trois jeunes filles dont le père, ruiné, ne pouvait réunir la dot. La légende raconte aussi que le saint est apparu à un équipage de marins en péril dans la tempête, qu'il calma en faisant jeter à la mer une huile ensorcelée.
A sa fête les enfants de nombreux pays reçoivent des cadeaux, rappelant les dons que fit saint Nicolas.
Il est le patron des enfants, des jeunes filles sans dot, des marins et de la Russie.
Fête le 6 décembre.

retour liste

__________________________________________

Saint Ouen : église de Saint-Ouen-Marchefroy

Ouen est un lettré qui accède à l'entourage du roi franc Clotaire II. Il reçoit son éducation en l'abbaye de Saint-Médard, puis, avec saint Eloi, orfèvre-trésorier à la cour, il devient conseiller du roi Dagobert 1er.
A la mort de celui-ci, il quitte la cour, est ordonné prêtre et fonde l'abbaye de Rebais (Seine-et-Marne).
Consacré évêque de Rouen en 640 et administre son diocèse avec sagesse. Son œuvre principale est la christianisation de la Haute-Normandie, en s'appuyant, comme souvent à cette époque, sur les monastères.
Il reste longtemps conseiller des rois mérovingiens.
Il meurt, en 686, près de Paris en un lieu qui s'appellera Saint-Ouen. Sa dépouille est transportée à Rouen et enterré à l'abbaye Saint Pierre, qui prend alors son nom.

retour liste
 

Saint Pierre
Saint Pierre
___________________________________________

Saint Pierre * : églises de Abondant, Guainville, Oulins, Saussay et Serville

Simon est un pêcheur quand il est appelé, avec son frère André, par Jésus. Il a un rôle considérable et il apparaît continuellement dans les Evangiles, où son caractère entier s'exprime en maints événements (arrestation de Jésus).
Il est nommé Pierre par Jésus, qui le désigne comme chef de l'Eglise. Il détient les clés du Paradis, avec lesquels on le représente souvent.
Il faillit pendant la Passion : il renie Jésus, par peur, pendant une courte durée, comme Jésus le lui avait prédit ("... avant que le coq ne chante trois fois") et le regrette amèrement...
Après la Résurrection, il a tout naturellement un rôle de premier plan et une vie très active.
Il évangélise Rome, où il est martyrisé en 64 par crucifixion la tête en bas. 
Il est le premier pape.

retour liste

Saint Rémi
Saint Rémi
____________________________________________

Saint Rémi : église de Berchères-sur-Vesgres

Saint Rémi, né près de Laon, fut évêque de Reims... pendant soixante-quatorze ans.
Sa naissance avait été annoncée par un ermite aveugle à sa mère, Sainte Cécile. Après quelques études, il devient évêque de Reims à 22 ans. Il entretient des relations amicales avec Clovis 1er, qui restitue des vases sacrés volés à Soissons.
Puis, après douze ans de persuasion, il prend acte de la conversion de Clovis au catholicisme (avec l'aide de Saint Vaast et de la seconde femme de Clovis, Sainte Clothilde). Il baptise Clovis un jour de Noël, entre 496 et 499, avec 3000 de ses soldats.
La tradition dit que, comme il n'y avait pas de saint chrême pour oindre le front de Clovis, le Saint Esprit lui-même sous la forme d'une colombe, en aurait apporté dans une fiole, une ampoule, et ce serait cette sainte ampoule qui aurait servi à l'onction des rois de France par la suite.
Le baptême de Clovis est un des évènements-clefs de l'histoire catholique et de l'histoire de France, puisqu'il entraîna la réconciliation des Gallo-Romains et des barbares, fondant ainsi la France.

retour liste
 

Saint Roch
Saint Roch
___________________________________________

Saint Roch : chapelle de Sorel-Moussel

Il naît, vers 1340, à Montpellier, où il étudie probablement la médecine.
A sa majorité, il distribue tous ses biens et part en pèlerinage à Rome. La peste y fait des ravages et Roch soigne les malades pendant 3 ans, à Rome, puis à Plaisance.
Il est lui-même atteint et se réfugie dans une forêt. Mais, la légende raconte qu'il est soigné par un ange et qu'un chien subvient à sa nourriture en lui apportant un pain chaque jour.
Il guérit est peut revenir à Montpellier, où il est pris pour un espion. Il est jeté en prison pendant cinq ans, et il finit par mourir en 1379, en Italie.

Depuis ce temps, dans toutes les provinces de France et d'Europe, le culte de Saint Roch s'est répandu et il fut longtemps le Saint le plus populaire dans les campagnes

retour liste

____________________________________________

Saint Sulpice : chapelle à Saint-Lubin-de-la-Haye

Sulpice le Pieux, né vers 587 dans le Berry au sein d'une famille de haut lignage, est nommé par Clotaire II aumônier du Palais, en charge de l'école du Palais, et donc de la formation des futurs chefs du royaume.
Il devient évêque de Bourges avec l'appui de ses élèves et de la reine Bertrude qui rappelle à Clotaire II qu'il doit la vie aux prières de Sulpice. Ce grand saint thaumaturge du Berry est l'auteur de nombreux miracles.
   
retour liste

________________________________________

* : extrait de
Reconnaître les saints (édition Massin)